Les publications du Journal du Composite sont interrompues

Nous recentrons nos activités sur la création de sites internet.

Besoin d'un site comme celui-ci ou d'une boutique en ligne ?
Retrouvez-nous sur Kasutan

Une solution de rétrofit en composite pour résister aux tremblements de terre


Une simulation grandeur nature de tremblement de terre démontre l’efficacité d’une solution à base de matériaux composites pour protéger les bâtiments existants.

Mené par une équipe d’ingénieurs et de chercheurs turcs, l’essai a consisté à construire deux bâtiments identiques, côte à côte. L’un des bâtiments a été renforcé de composites à base de fibres de carbone. Les deux structures ont été instrumentées, avant d’être soumises à une simulation « sévère » de tremblement de terre, à l’aide de vérins hydrauliques.

La structure non renforcée s’effondre, tandis que l’autre résiste. L’équipe se prépare à analyser en détail les données collectées pendant l’essai, mais s’est déclarée très satisfaite des premiers résultats.

simulation tremblement terre

L’essai a eu lieu à Yalova, près de l’épicentre d’un des séismes les plus graves connus par la Turquie, qui avait fait plus de 18 000 victimes en 1999. Les bâtiments soumis aux tests ont été construits selon les méthodes utilisées avant l’entrée en vigueur en 2007 de nouvelles normes de construction anti‐sismiques, et sont donc représentatifs d’une grande partie des constructions existantes.

Ce projet est une collaboration de l’Université Technique d’Istambul, de l’entreprise DowAksa et de la région de Yalova, qui a mis le terrain à disposition des chercheurs.

D’après DowAksa, le matériau CarbonWrap© utilisé peut être mis en place facilement et rapidement sur les bâtiments existants, sans nécessiter de destruction ou reconstruction partielle. Un tissu est appliqué directement sur les structures, puis imprégné d’une matrice polymérisée in‐situ.

« Partout dans le monde, les infrastructures vieillissantes sont un sujet d’inquiétude croissante. Elles menacent la sécurité des habitants, provoquent des dégâts et coûtent très cher.
Nous avons besoin de solutions efficaces et durables pour réparer les bâtiments, les routes, les ponts. Nous espérons que l’essai que nous conduisons aujourd’hui pour démontrer l’efficacité de notre produit sera une nouvelle étape dans la résolution de ce problème », a déclaré avant l’essai Mehmet Ali Berkman, dirigeant de DowAksa.

Source : communiqué de presse de DowAksa, le 24 novembre 2016.


A propos de Magalie Castaing

Après 10 ans d’ingénierie mécanique dans le secteur de la défense, j’ai créé une entreprise de développement web : Kasutan. Le Journal du composite est l’intersection de mes différents métiers : ingénierie, langues et internet.