Les publications du Journal du Composite sont interrompues

Nous recentrons nos activités sur la création de sites internet.

Besoin d'un site comme celui-ci ou d'une boutique en ligne ?
Retrouvez-nous sur Kasutan

Au salon CAMX : quelles perspectives pour les composites ?


À l’occasion du salon CAMX, cette semaine, Sanjay Mazumbar, PDG du cabinet de conseil Lucintel, s’est exprimé sur les perspectives du marché des composites.

Leviers de croissance à l’échelle mondiale

La croissance du secteur passera pour lui par un effort d’innovation et de collaboration sur les axes suivants :

  • réduction des coûts des composites, en particulier pour les structures à base de carbone,
  • tendance à l’allègement sous la pression des régulations gouvernementales sur les réductions d’émissions,
  • développement de procédés de fabrication à cycles courts pour la production en masse de véhicules automobiles,
  • structures hybrides métal/composites,
  • développement de résines et de fibres respectueuses de l’environnement, amélioration des propriétés mécaniques des composites naturels,
  • développement des technologies de réparation et recyclage des composites.

Sur la période 2000–2010, c’est le secteur éolien qui a alimenté la croissance du secteur. Dans les années à venir, d’après Lucintel, les relais de croissance seront l’aérospatial, l’automobile et les biens de consommation. Une fois que les technologies visant ces secteurs seront perfectionnées, des perspectives nouvelles s’ouvriront également dans le bâtiment, le secteur pétrolier et le médical.

Sanjay Mazumbar invite les entreprises du composite à se tourner davantage vers les applications destinées aux particuliers. Les coques de téléphone portable, les sacs et les valises, les instruments de musique et les équipements sportifs sont autant d’opportunités de construire une marque grand public.

Parmi les pistes qui permettraient d’emporter des parts de marchés sur d’autres matériaux, Sanjay Mazumbar cite le potentiel de l’impression 3D pour réaliser à grande échelle des produits personnalisés ou sur mesure, dans l’automobile et la santé par exemple.

Focus sur le marché chinois

Dans une autre présentation au salon CAMX, Shuxiang (Richard) Li, président de Weihai Guagwei Composite Co., a évoqué la production de fibres de carbone à base de précurseur PAN en Chine. Il a rappelé la forte croissance de la demande mondiale en fibres de carbone, qui doublerait entre 2008 et 2020.

Les travaux de recherche en Chine sur les fibres de carbone datent des années 1960, mais n’ont réellement pris de l’ampleur que depuis les années 2000. La Chine utilise aujourd’hui environ 8200 tonnes de fibres de carbone par an – d’ici 2020, ce chiffre devrait atteindre 29 588 tonnes (et 131 000 tonnes au niveau mondial). En Chine, les fibres de carbone sont utilisées principalement pour réaliser des équipements sportifs.

L’impact des réglementations européennes

Roberto Frassine, président de l’Association Européenne des Industriels des Composites, a précisé qu’à l’heure actuelle, le marché des fibres de carbone était également réparti entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique. En Europe, les deux principaux débouchés sont l’aérospatial et l’automobile, mais de nouvelles réglementions concernant la construction pourraient apporter de nouvelles opportunités dans le secteur du bâtiment.

La fabrication des composites est plus sévèrement réglementée en Europe qu’aux États‐Unis. Cela pose des difficultés aux fabricants, mais a aussi pour conséquence d’encourager le développement des composites à base de fibres naturelles. Les constructeurs automobile européens soutiennent cette tendance des composites naturels.

Source : « Global Composites : New Opportunities, Disruptive Technologies and Going Green »,  Mary Lou Jay, Composites Manufacturing Magazine, 28 septembre 2016

Retrouvez sur le site de Composite Manufacturing Magazine tout le dossier CAMX. D’autres articles du dossier vous intéressent ? Dites‐le dans les commentaires !


A propos de Magalie Castaing

Après 10 ans d’ingénierie mécanique dans le secteur de la défense, j’ai créé une entreprise de développement web : Kasutan. Le Journal du composite est l’intersection de mes différents métiers : ingénierie, langues et internet.