Les publications du Journal du Composite sont interrompues

Nous recentrons nos activités sur la création de sites internet.

Besoin d'un site comme celui-ci ou d'une boutique en ligne ?
Retrouvez-nous sur Kasutan

Ingersoll et l’ORNL développeront ensemble une imprimante 3D composite gigantesque


Ces dernières années, le laboratoire national d’Oak Ridge (ORNL) a fait les gros titres à plusieurs reprises pour sa collaboration avec Cincinnati autour de la technologie BAAM (Big Area Additive Manufacturing, Fabrication Additive de grande surface), qui détient le record de la plus grande pièce jamais imprimée 3D pour un outillage composite destiné au Boeing 777X.

À l’occasion du salon IMTS 2016 (International Manufacturing Technology Show, salon international des technologies de fabrication), du 12 au 17 septembre dernier, une collaboration entre l’ORNL et Ingersoll a été annoncée. L’objectif : développer une imprimante 3D encore plus grande que l’imprimante BAAM.

ingersoll ornl 3d printer

Concept de l’imprimante 3D composite WHAM – Crédit Ingersoll

La nouvelle imprimante 3D,  nommé WHAM (Wide and High Additive Manufacturing – Fabrication additive large et haute) est la première incursion d’Ingersoll dans l’impression 3D. D’après Ingersoll, les machines WHAM représentent un saut en dimension et en vitesse par rapport aux imprimantes actuellement sur le marché, avec un volume de travail de 7 m x 14 m x 3 m, et un objectif de dépose de 454 kg/h.

Ingersoll précise que, s’il est vrai que l’impression 3D est une nouveauté pour l’entreprise, elle s’appuiera pour le développement de WHAM sur une « large gamme de compétences existantes ». Ingersoll produit en effet des machines de découpe métallique et de placement de fibre automatique (AFP) parmi les plus grandes au monde, et rappelle que sa technologie AFP est en soi un procédé de fabrication additive.

« Notre expertise dans la conception des machines, ainsi que notre capacité à développer des procédés complets pour nos clients, font de WHAM l’évolution logique pour nous. Ce partenariat avec l’ORNL nous apporte un énorme avantage », a déclaré Tino Oldani, le PDG d’Ingersoll.

A terme, la technologie WHAM utilisera de nombreux matériaux, mais Ingersoll se concentre initialement sur le composite ABS/carbone de Techmer, renforcé à 10 % de fibres de carbone coupées.

La machine inclura un dispositif d’échange « ultra-rapide » de la tête d’extrusion, ainsi qu’une tête d’usinage 5 axes classique pour les opérations de finition par soustraction de matière.

Sa commercialisation est annoncée dans les 18 à 24 mois.

« Notre collaboration avec Ingersoll pour imprimer en 3D des pièces d’un volume inaccessible avec les imprimantes actuelles pourrait ouvrir de nouveaux marchés et applications dans la défense, l’énergie et d’autres secteurs manufacturiers.
Ingersoll apporte à ce projet des années d’expérience dans la conception d’équipements de très grandes dimensions pour la fabrication composite, et nous nous réjouissons de ce partenariat », a déclaré Bill Peter, en charge des démonstrateurs à l’ORNL.

Sources : « Ingersoll Machine Tools, ORNL to develop very large 3D printing system », Jeff Sloan, Composites World, 13 septembre 2016
« ORNL Partners With Ingersoll Machine Tools to Develop Colossal 3D Printing System », Tyler Koslow, 3Dprint.com, 14 septembre 2016

Impression 3D des composites : retrouvez les autres annonces de la rentrée dans la revue de presse.

A propos de Magalie Castaing

Après 10 ans d’ingénierie mécanique dans le secteur de la défense, j’ai créé une entreprise de développement web : Kasutan. Le Journal du composite est l’intersection de mes différents métiers : ingénierie, langues et internet.